Depuis 1989, l’AMBM est la porte-parole des gouvernements municipaux bilingues du Manitoba.

Les municipalités bilingues de l’AMBM regroupent les communautés de langue officielle en situation minoritaire où l’usage du français est reconnu comme une valeur ajoutée, tant au niveau économique que culturel.

Défendant les intérêts de ses membres à l’échelle provinciale et nationale, l’AMBM regroupe, en plus de la Ville de Winnipeg, les quatorze municipalités bilingues rurales du Manitoba. Ces dernières sont réparties majoritairement dans un rayon d’environ 100 kilomètres autour de la capitale provinciale.

Le conseil d’administration de l’AMBM est composé de quinze membres, soit un représentant nommé par entité municipale membre, ainsi qu’un représentant des administrateurs municipaux. Le représentant éligible peut être soit un élu municipal ou un administrateur municipal, au choix de la municipalité membre.

La gouverne de l’AMBM s’exerce lors des quatre réunions annuelles de son conseil d’administration. C’est lors de ces rassemblements que la gouvernance de l’AMBM fait le point sur les dossiers d’importance, puis formule et met en œuvre des stratégies politiques favorisant le développement des collectivités représentées.

Notre vision

Des municipalités bilingues vigoureuses, valorisées pour leur dynamisme et leur leadership en matière de développement économique et d’innovation. Une gouvernance locale forte, bénéficiant de l’appui et des ressources nécessaires pour bâtir des communautés fières, durables et vibrantes.

Notre mission

Catalyseur du développement, de la prospérité, et de la pérennité des communautés bilingues du Manitoba, l’AMBM agit en tant que chef de file politique et stratégique pour regrouper, appuyer et représenter une gouvernance municipale forte et solidaire.

Nos valeurs

  • Engagement et conviction

    Nous comprenons les besoins et les attentes de nos membres et orientons nos actions vers l’atteinte ou le dépassement de ceux-ci. Nous inspirons et exerçons une gouvernance saine, solidaire et efficace. Nous créons une synergie entre toutes les parties prenantes envers l’atteinte d’objectifs collectifs élevés, au bénéfice de nos communautés.
  • Identité bilingue

    Nous célébrons la langue française en tant que valeur ajoutée dans la force du bilinguisme, compétence recherchée et atout indéniable à la vie sociale, culturelle et économique de nos communautés.
  • Leadership

    Nous menons activement des actions stratégiques, pertinentes et innovantes visant à inspirer et influencer le futur des municipalités bilingues du Manitoba, puis à favoriser leur prospérité et leur pérennité.

Notre histoire

1870

L’entrée du Manitoba dans la Confédération canadienne. La Loi de 1870 sur le Manitoba apporte des garanties constitutionnelles visant à assurer que la dualité linguistique se perpétue au Manitoba.

1890

The Official Language Act abolit le statut officiel du français au sein des institutions législatives et judiciaires au Manitoba.

1967

La Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme affirme le rôle critique des municipalités canadiennes en matière de langues officielles.

1969

Adoption et entrée en vigueur de la Loi sur les langues officielles du Canada prévoyant un appui fédéral aux minorités francophones à l’extérieur du Québec.

1979

La Cour suprême du Canada déclare inconstitutionnelle la loi de 1890 qui abolissait le statut officiel du français au sein des institutions législatives et judiciaires au Manitoba. Le français redevient donc langue officielle à l’Assemblée législative et devant les tribunaux.

1982

Entrée en vigueur de la Charte canadienne des droits et libertés. La Charte garantit le bilinguisme au sein des institutions législatives, judiciaires et administratives du gouvernement fédéral.

1986

Première rencontre à Saint-Jean-Baptiste, présidée par Albert St-Hilaire, pour discuter des défis envisagés par les administrateurs municipaux en matière de prestation de services dans les deux langues officielles.

Un comité provisoire des élus municipaux bilingues voit le jour au Manitoba.

1987

Le Secrétariat d’État engage une consultation auprès de toutes les municipalités où se trouvent des communautés francophones en situation minoritaire. Le rapport de ses consultations souligne le manque d’appui au niveau municipal en vue d’offrir des services en français au public. Il recommande la formation éventuelle d’une association des élus municipaux bilingues au Manitoba et la promotion d’adoption de politique linguistique par les municipalités.

1988

L’adoption de la nouvelle Loi sur les langues officielles du Canada fait des municipalités canadiennes des partenaires de premier plan dans la promotion du bilinguisme.

1989

L’adoption de la Politique sur les services en français établit le concept des régions désignées bilingues au Manitoba. 

Des leaders municipaux bilingues adoptent une première constitution lors d’une assemblée délibérante d’environ 70 personnes, créant ainsi l’Association des municipalités bilingues du Manitoba. Un nouveau conseil d’administration est élu : Gérald Grenier de Notre-Dame-de-Lourdes, Gabriel Catellier de De Salaberry, Guy Lévesque de Sainte-Anne, Marc Lussier de Saint-Pierre-Jolys, et Guy Savoie de Winnipeg.

1994

En vue de concerter ses efforts et de développer une force économique axée sur la valeur ajoutée du bilinguisme, l’AMBM commande une recherche exhaustive ayant pour titre « Réconcilier langue et économie : Étude sur le développement économique dans les municipalités bilingues du Manitoba. » La recherche devient la feuille de route dans l’élaboration d’un plan de développement économique à court, à moyen, et à long terme.

1995

L’AMBM est officiellement incorporée.

L’AMBM publie son premier plan global de développement économique des communautés bilingues manitobaines intitulé Vision globale, action locale proposant la mise sur pied d’une agence de coordination en matière de développement économique communautaire. 

1996

L’AMBM crée son propre moteur de développement économique pour les municipalités bilingues du Manitoba. Le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM) voit le jour.

1998

Le juge Richard Chartier met à jour la Politique sur les services en français. Dorénavant, les régions désignées bilingues seront reliées aux municipalités bilingues.

2002

Ouverture des premiers Centres de services bilingues du Manitoba, tant au rural qu’à l’urbain.

2003

L’AMBM devient un membre de la Fédération canadienne des municipalités (FCM)—la voix des gouvernements locaux au Canada. La voix du leadership municipal bilingue du Manitoba est entendue au niveau national.

2004

Début d’un partenariat durable avec l’Association of Manitoba Municipalities (AMM). L’AMBM est accordée le statut de membre observateur fraternel.

2014

Lancement des consultations communautaires des États généraux de la francophonie manitobaine. Les participants parlent notamment de l’importance de l’offre active des services en français au niveau municipal. L’AMBM y participe activement.

2016

Adoption de la Loi sur l’appui à l’épanouissement à la francophonie manitobaine établissant un cadre nécessaire en vue de favoriser l’épanouissement de la francophonie manitobaine et d’appuyer son développement.

Adoption du Plan stratégique de la francophonie au Manitoba : Ensemble vers 2035. L’AMBM y contribue à sa mise en oeuvre avec les leaders de la communauté.

2017

L’AMBM crée sa propre agence de développement économique environnemental opérant sous un mandat national. Éco-Ouest Canada (ÉOC) voit le jour.

2018

L’AMBM plaide en faveur de la modernisation de la Loi sur les langues officielles pour qu’elle puisse tenir compte du rôle des municipalités canadiennes dans l’épanouissement et le développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Notre direction

Justin Johnson

Chef de la direction

Notre conseil d'administration

  • Ivan Normandeau

    Président et conseiller de la Municipalité rurale de La Broquerie
  • Justin Bohémier

    Vice-président et maire de la Municipalité rurale de Taché
  • Conrad Durand

    Secrétaire et membre du District urbain local de Notre-Dame-de-Lourdes
  • Lilliane Sorin

    Trésorière et représentante des directeurs(trices) administratifs(tives)
  • Raymond Maynard

    Représentant et maire de le Village de Saint-Pierre-Jolys
  • Cheryl Smith

    Représentante et mairesse de la Municipalité rurale de Saint-Laurent
  • Richard Pelletier

    Représentant et maire de la Ville de Sainte-Anne
  • Angelo Fouillard

    Représentant et conseiller de la Municipalité rurale de Ellice-Archie
  • Diane Dubé

    Représentante et conseillère de la Municipalité rurale de Alexander
  • Paul Gilmore

    Représentant et préfet de la Municipalité rurale de Montcalm
  • Paul Desrosiers

    Représentant par procuration de la Ville de Powerview-Pine Falls
  • Chris Ewen

    Représentant et maire de la Municipalité rurale de Ritchot
  • André Carbonneau

    Représentant et conseiller de la Municipalité rurale de De Salaberry
  • Mathieu Allard

    Représentant et conseiller de la Ville de Winnipeg
  • Gaétan Talbot

    Représentant et membre du District urbain local de Saint-Léon
  • Vacant

    Représentant(e) et membre du District urbain local de Somerset